Comment demander et négocier une augmentation de salaire ?

Comment demander et négocier une augmentation de salaire

Vous sentez avoir fait vos preuves dans l’entreprise, au point de mériter une augmentation de salaire ? Encore faut-il la demander ! Découvrez ici comment estimer son salaire idéal et convaincre les grands décideurs du bienfondé de votre augmentation de salaire. À l’attaque !

Pourquoi négocier un salaire ?

Parce qu’il n’est pas toujours facile de négocier son salaire à l’embauche (vous ne connaissez pas l’entreprise ni la politique en matière de rémunération), il est désormais temps d’oser cogner à la porte du bureau de votre patron, pour décrocher cette récompense tant espérée.

Il faut cependant bien distinguer les différents types d’augmentations de salaires :

  • L’augmentation de salaire annuelle, à laquelle on le droit tous les salariés
  • L’augmentation de salaire dans le cadre d’un changement de poste
  • L’augmentation de salaire ponctuelle, liée à une mission spécifique

L’augmentation de salaire en dehors des cadres habituels (telle que vous allez la demander) est réglementée par la loi de votre province de résidence. À titre d’exemple, le taux de rémunération varie de 10,65$ de l’heure dans le Nouveau-Brunswick, à 13$ dans le Nunavut. De quoi donner des envies à certains !

Par ailleurs, moins de 30% des Canadiens se disent prêts à faire une demande d’augmentation de salaire, et se disent trop timides pour tenter une telle approche. Pour autant, vous méritez cette augmentation ! Vous en êtes persuadé ? Alors, découvrez comment négocier son salaire avec son patron.

Négocier son salaire, c’est toute une histoire

Savoir comment négocier un salaire n’est pas donné à tous : il faut de la personnalité, mais aussi, des arguments. Et le chemin est laborieux…

Basez-vous sur une grille de salaires

Chaque entreprise et, à fortiori, chaque poste, correspond à une rémunération comprise dans une grille de salaires. Tandis que certains sont contraints de respecter cette grille (notamment au sein de la fonction publique), d’autres professions sont plus souples en la matière.

La grille des salaires est réévaluée chaque année :

  • Soit par des organismes fédéraux, et leurs représentants politiques
  • Soit en interne, par les décideurs de l’entreprise et les ressources humaines

Vous pouvez aussi trouver des informations pertinentes et mises à jour relatives à la rémunération et le marché du travail dans son ensemble sur :

  • Des sites gouvernementaux
  • Des sites nationaux, comme Emploi Québec
  • Des sites spécialisés, comme l’Institut de la statistique du Québec

Cela vous aidera à avoir des arguments solides et chiffrés pour votre discours.

Pesez le pour et le contre d’une revalorisation de salaire

Dans le contre, on trouvera nécessairement l’angoisse des quelques minutes précédant la demande : vous ne connaissez pas l’issue de votre question et, même, le regard de votre patron sur votre travail pourrait changer.

Mais les pour sont assez nombreux et viennent compenser cela :

  • Qui dit augmentation de salaire dit forcément augmentation du pouvoir d’achat
  • Vous pourrez préparer de nouveaux projets personnels
  • Et ressentir la satisfaction du travail bien récompensé !

Comment négocier son salaire efficacement

Il y a plusieurs façons de négocier son salaire, la plus efficace restant aussi la plus directe, franche et honnête. Inutile d’y aller par quatre chemins, de chercher à flatter votre patron ou encore, de vous faire remarquer en enchaînant les présentations. Retenez surtout deux choses : ce que peut penser votre patron, et la pertinence de vos arguments.

Mettez-vous à la place de votre patron

Faire une demande d’augmentation de salaire ne se fait pas comme vous demanderiez un jour de congé. Même s’il s’agit d’une simple interaction avec votre boss, il s’agit aussi d’une prise de position importante, qui doit être mûrement réfléchie. De fait, toutes les conditions de réussite doivent être réunies.

Cela peut sembler anodin, mais le moment de la demande sera essentiel : évitez les instants où votre patron n’a pas la tête à ça, où il discute avec des clients ou, pire encore, lorsqu’il rentre chez lui ! Un début d’après-midi peut s’avérer pertinent. Si vous en avez le courage, vous pouvez aussi l’inviter à déjeuner à l’avance, au risque de voir la conversation coupée assez rapidement.

Pour capter son attention, adoptez une attitude engageante, un ton positif, et mettez le doigt sur vos réussites les plus récentes et les perspectives que vous pouvez apporter à l’entreprise. N’hésitez pas à vous appuyer sur des témoignages pour soutenir vos dires.

Réussissez à vous démarquer grâce à des arguments convaincants

La forme n’est pas le seul vainqueur dans votre bataille pour convaincre votre patron. Dressez une liste de vos réussites, mais aussi de vos échecs, en cas d’attaque frontale par votre patron. Ayez réponse à tout, tournez de manière positive tout ce que vous avez pu entreprendre au sein de cette entreprise.

En somme, prouvez votre engagement envers l’entreprise et ses valeurs. Montrez également que vous avez réfléchi à la question, en disant qu’évaluer son salaire est essentiel lorsqu’on se projette à long terme dans une entreprise.

Quel salaire demander et quelles garanties ?

Savoir comment négocier son salaire, c’est aussi connaître les bons codes pour se faire entendre. Soyez ferme, mais pas arrogant, ouvert d’esprit, mais pas docile. Montrez que tout le monde peut y gagner avec cette augmentation de salaire.

Faites une première proposition

En général, une augmentation s’exprime en pourcentage sur le montant brut perçu. Par exemple, si vous percevez un salaire de 1,425$, vous pouvez demander 3% bruts (ce qui correspond à la moyenne d’augmentation annuelle), ce qui vous mènera à 1454$ bruts. Mais, quel intérêt ? Vous pouvez monter jusqu’à 10%, mais plus votre chiffre est grand, plus vous devez justifier votre demande.

Attention, une augmentation de salaire ne veut pas forcément dire augmentation sur votre salaire mensuel. Vous aurez aussi négocier :

  • Primes de fin d’année ou d’intéressement
  • Jours de congés, horaires plus flexibles
  • Commissionnement plus élevé selon votre secteur

Dans tous les cas, au moment de votre négociation de salaire, certaines choses sont à proscrire :

  • Comparer votre salaire à celui des autres, ce qui peut s’avérer gênant
  • Comparer votre salaire à celui du patron, qui s’avérerait encore plus gênant
  • Vous montrer émotif ou sensible, restez de marbre

Attendez votre réponse… et annoncez la bonne nouvelle !

Elle peut survenir brusquement, tel un couperet : soyez préparé ! Il se peut que votre patron ne vous laisse même pas finir votre petit discours. Quelle que soit sa réponse, réagissez de manière constructive et avec politesse, tout en insistant fermement sur votre potentiel au sein de l’entreprise.

Il peut aussi vous dire qu’il en discutera avec les ressources humaines, ou bien son M+2. Dans ce cas, demandez-lui un délai indicatif, afin de préparer d’éventuelles relances.

Rappelez-vous qu’une attitude positive sera toujours la clé de la réussite : si vous n’obtenez pas, aujourd’hui, d’augmentation de salaire, il vous sera peut-être proposé une autre opportunité.

Persuasion et ouverture d’esprit : voici vos meilleurs alliés pour remporter votre augmentation de salaire auprès de votre patron. Après tout, chaque travail mérite salaire, et vous également, n’est-ce pas ?

Vous aimerez également...